Siba et Ruba, deux sœurs de retour à l’école en Syrie après 3 années d’interruption

Publié le 07 mars 2017 | Modifié le 07 mars 2017

Les 6 années de conflit en Syrie ont poussé 1,75 million d’enfants hors du système scolaire, et les ont déracinés de leurs foyers. La violence a empêché Siba, 11 ans, et sa petite sœur Ruba, 9 ans, d’aller à l’école pendant 3 ans. Aujourd’hui, les deux sœurs syriennes reprennent le chemin de l’école grâce au soutien de l’UNICEF, et peuvent penser à leur avenir.

Pour de nombreux enfants en Syrie, l’école est un lointain souvenir. Certains, par ailleurs, n’ont jamais vu de leur vie une classe. Dans plusieurs villes à travers le pays, des enfants et des familles font de leur possible pour réclamer une éducation à laquelle ils ont droit légitimement.
Siba et sa sœur Ruba ont fui leur ville d’Al Shadadi au nord-est de la Syrie l’année dernière après l’intensification des combats. À cause de l’escalade des violences, de la répétition des déplacements, et des entraves à leur éducation, les deux filles n’ont pas pu poursuivre leur scolarité pendant 3 ans. 
« Nous ne pouvions pas aller à l’école, ni même jouer dehors parce que nous étions effrayées par les bombardements et les échanges de tir » raconte Siba, 11 ans.

Retour à l’école après 3 années d’interruption

Les 7 membres de la famille de Siba, ne pouvant supporter davantage le danger et l’insécurité autour d’eux, ont dû fuir plus au nord dans la ville d’Hassaké. Ils ont trouvé refuge dans la petite maison des grands-parents, et vivent aujourd’hui dans une chambre située au sous-sol. Grâce au soutien de l’UNICEF, Siba et Ruba se sont réinscrites à l’école depuis septembre dernier. À l’âge de 11 ans, Siba devrait être inscrite en classe de CM2, et Ruba, 9 ans, en CE2. Mais la guerre ayant fortement perturbé leur scolarité, les deux sœurs ont été placées en classe de CP pour retrouver un niveau d’apprentissage.

Siba, 11 ans, résout un exercice de mathématiques dans sa classe à l’école Edward Iwaz à Hassaké. ©UNICEF/Syria 2016/ Delil Souleiman

Les soeurs Siba et Ruba peuvent dorénavant penser à leur avenir…

Siba veut enseigner l’arabe quand elle sera grande parce que c’est sa matière préférée à l’école. Quant à Ruba, elle n’arrive pas à se décider entre professeure principale ou docteur. « Je veux construire une école dans mon quartier et être professeure principale, raconte Ruba. Parfois, je pense aussi que j’ai envie d’être pédiatre pour soigner les enfants malades mais je ne veux pas travailler dans la chirurgie ! » précise-t-elle rapidement.

Des enfants syriens de retour à l’école grâce aux donateurs

En septembre 2016, l’UNICEF en partenariat avec l’Union européenne ont lancé une campagne de retour à l’école pour les enfants syriens. L’UNICEF va rénover 100 écoles à Hassaké durant cette année scolaire, et a déjà distribué des cartables et des cahiers à plus de 100 000 enfants dans la région grâce à la générosité de ses donateurs.

Les déplacements internes sont l’une des principales raisons qui poussent les enfants hors du système scolaire. Dans le but d’aider les enfants comme Siba et Ruba à rattraper des années perdues d’école et à réintégrer une éducation formelle, l’UNICEF a lancé « Curriculum B », un programme d’apprentissage accéléré conçu pour aider les enfants déscolarisés à rattraper leur retard en deux fois moins de  temps. L’UNICEF soutient également des cours de rattrapage pour donner aux enfants déscolarisés la possibilité de poursuivre leurs études avec d’autres écoliers.