Syrie : la crise des réfugiés s’aggrave

Publié le 27 août 2012 | Modifié le 19 septembre 2018

L’UNICEF lance un appel de fonds d’urgence pour subvenir aux besoins en matière de santé, de protection, d’eau et d’assainissement du nombre croissant d’enfants réfugiés syriens et de leurs familles arrivant en Jordanie.

 

 

17 000 personnes, dont la moitié d’enfants, ont déjà trouvé refuge dans le camp de Zaatari, dans le nord de la Jordanie, mais le flux de réfugiés syriens augmente quotidiennement, avec des centaines de nouveaux arrivants. Une augmentation significative du nombre d’arrivées a eu lieu sur le camp ce weekend, avec plus de 2 000 personnes franchissant la frontière en une seule nuit. Cela représente près du double (80 %) du dernier plus important afflux de réfugiés relevé en 24 heures.

« Nous nous attendons à voir 70 000 personnes arriver sur le camp de Zaatari d’ici la fin de l’année », selon Dominique Hyde, Représentante de l’UNICEF en Jordanie. « Nous devons agir maintenant car ce sont les enfants qui continuent de souffrir le plus. Nous avons ainsi besoin de fonds d’urgence pour pouvoir renforcer nos interventions à plus grande échelle. »

 

Les conditions de vie sur le camp de Zaatari sont particulièrement difficiles en raison de la chaleur étouffante, du manque d’ombre et des tempêtes de sable qui balaient régulièrement le site.

 

La vaccination contre le risque d'épidémies croissant

 

L’UNICEF coordonne les opérations d’approvisionnement d’urgence en eau et en assainissement, acheminant des quantités suffisantes pour fournir quotidiennement 50 litres d’eau par personne. Face à l’arrivée de nouvelles familles, l’UNICEF réalise un forage qui pourra assurer un approvisionnement en eau plus durable. De nouveaux points de distribution, latrines et douches sont également en cours d’installation.

L’augmentation du nombre d’enfants fait croître le risque d’épidémies. Cette semaine, l’UNICEF, en partenariat avec le Ministère de la santé jordanien et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) assurera la vaccination des enfants de moins de 5 ans dont un nombre important ont manqué leur vaccination de routine, en raison des violences en Syrie. L’UNICEF travaille avec ses partenaires pour établir un programme de vaccination régulier sur le camp.

 

"Nous nous attendons à avoir 35 000 enfants sur le camp"

 

L’UNICEF soutient également les enfants en détresse psychologique nécessitant un accompagnement spécifique après avoir subi des niveaux de violence extrêmes en Syrie. L’UNICEF soutient 10 espaces « amis des enfants », où les enfants peuvent jouer, apprendre, renouer avec leurs habitudes et recevoir une aide psychosociale. L’UNICEF identifie et prend en charge les enfants qui ont fui la Syrie sans parents ni famille.
 

« Les enfants fuyant la violence en Syrie peuvent souffrir d’un traumatisme prolongé s’ils ne reçoivent pas de traitement approprié », explique Hyde. « Pour l’instant, les espaces amis des enfants suffisent aux 2 500 enfants au camp de Zaatari. Mais en quelques mois seulement, nous nous attendons à avoir 35 000 enfants sur le camp, c’est pourquoi nous devons mettre en place en urgence des lieux spécifiques et une assistance plus large pour protéger ces enfants qui ont déjà beaucoup trop souffert. »

L’UNICEF lance un appel de fonds de 54 millions de dollars pour répondre à la situation d’urgence des réfugiés syriens vivant dans le camp de Zaatari et dans les communautés jordaniennes environnantes.

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions