Traite et exploitation sexuelle

Publié le 16 octobre 2009 | Modifié le 08 janvier 2016

La traite des enfants est un problème de portée mondiale touchant un grand nombre d'enfants. D'après certaines estimations, il pourrait y avoir 1,2 million d'enfants victimes de la traite chaque année. Et deux millions d'enfants, filles et garçons de tous âges et de tous milieux, victimes d'exploitation et de sévices sexuels.

Ces enfants victimes de la traite sont utilisés comme main-d’œuvre bon marché ou exploités sexuellement. Souvent, les enfants et leurs familles ne sont pas conscients des dangers de la traite, convaincus que les chances d'un emploi et d'une vie meilleure existent dans les pays étrangers. 
La traite des enfants est lucrative et liée à l'activité criminelle et à la corruption. Elle est souvent clandestine et difficile à combattre. Elle viole toujours le droit de l'enfant de grandir dans un cadre familial. De plus, les enfants faisant l'objet d'une traite sont face à toute une série de dangers, notamment la violence et l'agression sexuelle. Dans certains pays, ils sont parfois même arrêtés et incarcérés comme étrangers en situation irrégulière. 

Quelques faits :

•    Des filles n'ayant parfois pas plus de 13 ans (surtout originaires d'Asie et d'Europe orientale) font l'objet d'une traite en tant que « fiancées par correspondance ».  Dans la plupart des cas, les filles et femmes victimes de cette pratique sont impuissantes et isolées et sont particulièrement exposées à la violence.
•    Un grand nombre d'enfants sont victimes de la traite en Afrique occidentale et centrale, essentiellement comme travailleurs domestiques, mais aussi à des fins d'exploitation sexuelle et pour travailler dans des magasins ou des fermes.  Près de 90 % de ces travailleurs domestiques sont des filles.
•    Des enfants originaires du Togo, du Mali, du Burkina Faso et du Ghana font l'objet d'une traite à destination du Nigéria, de la Côte d'Ivoire, du Cameroun et du Gabon. La traite d'enfants s'opère à destination et en provenance du Bénin et du Nigéria. Certains enfants sont envoyés jusqu'au Moyen-Orient et en Europe.
•    D'après les estimations de l'Unicef, entre 1 000 et 1 500 bébés et enfants guatémaltèques font l'objet d'une traite aux fins d'adoption par des couples d'Amérique du nord et d'Europe chaque année.

Exploitation sexuelle

Considérant souvent l'activité sexuelle comme une affaire privée, les communautés locales répugnent à intervenir dans les affaires d'exploitation sexuelle. Cette attitude rend les enfants plus vulnérables à cette forme d'exploitation. Des mythes tels que la conviction que l'on peut guérir du VIH/sida en ayant des rapports sexuels avec une vierge mais aussi les progrès technologiques tels qu’Internet –outil facilitant la pédopornographie - renforcent la vulnérabilité des enfants. Tout comme le tourisme sexuel.

•    En Lituanie, on pense qu'entre 20 et 50 % des prostitué(e)s sont des mineur(e)s. On sait que certains enfants de 11 ans se prostituent. Des enfants vivant dans des maisons d'enfants, dont certains avaient entre 10 et 12 ans, ont été utilisés pour réaliser des films pornographiques.
•    Il ressort de certaines enquêtes qu'entre 30 et 35 % des travailleurs du sexe de la sous-région du Mékong en Asie du Sud-est ont entre 12 et 17 ans.
•    L'organisme mexicain de services sociaux signale que plus de 16 000 enfants se prostituent, plus particulièrement dans les destinations touristiques.

Soutenir nos actions