Un nouveau rapport d'UNICEF sur l'impact des attaques contre les infrastructures d’eau et d’assainissement

Publié le 25 mai 2021

Un nouveau rapport d'UNICEF met en évidence l'ampleur et l'impact des attaques contre les installations d'eau et d'assainissement sur les enfants dans les pays touchés par les conflits.

New York, le 25 mai 2021 - Les attaques contre les installations d'eau et d'assainissement et contre leurs personnels, dans les conflits du monde entier, continuent de mettre en danger la vie de millions d'enfants et de priver les enfants et les familles de l'accès essentiel aux services d'eau et d'assainissement, a averti UNICEF aujourd'hui.

Dans les 9 pays* mis en lumière dans le volume 3 de "L'eau sous le feu : attaques contre les services d'eau et d'assainissement dans les conflits armés et leurs conséquences pour les enfants" - dont des pays du Moyen-Orient, d'Afrique, d'Asie et d'Europe - on estime que près de 48 millions de personnes, dont des enfants, ont besoin d'eau potable et de services d'assainissement.

La protection des services d'eau et d'assainissement est essentielle à la survie de millions d'enfants. Dans les pays fragiles, les enfants de moins de cinq ans ont 20 fois plus de risques de mourir de maladies diarrhéiques que de violences, et les enfants vivant dans des contextes extrêmement fragiles sont souvent plus de huit fois moins bien lotis en termes d'indicateurs d'eau, d'assainissement et d'hygiène que les enfants nés dans des environnements stables et protégés.

Utiliser l'eau comme tactique de guerre

« L'accès à l'eau est un moyen de survie qui ne doit jamais être utilisé comme tactique de guerre », a déclaré Manuel Fontaine, directeur des programmes d'urgence d'UNICEF. « Les attaques contre les infrastructures d'eau et d'assainissement sont des attaques contre les enfants. Lorsque l'écoulement de l'eau s'arrête, des maladies comme le choléra et la diarrhée peuvent se propager comme une traînée de poudre, avec des conséquences souvent fatales. Les hôpitaux ne peuvent pas fonctionner, et les taux de malnutrition et d'émaciation augmentent. Les enfants et les familles sont souvent contraints de sortir pour chercher de l'eau, ce qui les expose, en particulier les filles, à un risque accru de préjudice et de violence. »

Le rapport examine l'immense impact sur les enfants et les familles lorsque les infrastructures d'eau et d'assainissement sont attaquées, endommagées ou détruites, contrôlées ou autrement restreintes dans les pays assiégés par un conflit armé. Il souligne que l'accès des enfants à l'eau a été menacé dans presque toutes les situations d'urgence liées à des conflits auxquelles UNICEF a répondu.

Par exemple, l'Est de l'Ukraine a connu quatre attaques contre des infrastructures d'eau depuis le début de l'année, avec 380 attaques enregistrées depuis 2017. Environ 3,2 millions de personnes ont besoin de services d'eau et d'assainissement.

Entrant dans sa sixième année de conflit prolongé, le Yémen a connu 122 frappes aériennes sur les infrastructures d'eau entre mars 2015 et février 2021. Environ 15,4 millions de personnes ont un besoin urgent d'eau potable et d'assainissement, alors que l'épidémie de choléra continue de rendre des milliers d'enfants malades chaque semaine.

Depuis 2019, l'État de Palestine a connu 95 attaques contre 142 infrastructures d'eau et d'assainissement. Plus de 1,6 million de personnes y vivent sans accès à ces services de base.

La fragilité de l'Irak, qui dure depuis des décennies, a entraîné des dommages massifs aux infrastructures d'eau et d'assainissement, privant 1,85 million de personnes d'un accès régulier à une eau potable vitale et à des installations sanitaires sûres.

En Syrie, environ 12,2 millions de personnes ont besoin d'un accès à l'eau et à l'assainissement en raison des dégâts considérables subis par les infrastructures au cours des dix dernières années de conflit.

L'appel d'UNICEF

Pour protéger de toute urgence les enfants dans les conflits et garantir l'accès à une eau salubre et suffisante, UNICEF lance un appel :   

  • Toutes les parties au conflit à cesser immédiatement les attaques contre les services et le personnel de l'eau et de l'assainissement, et à remplir leurs obligations de protection des enfants dans les conflits, notamment en protégeant les infrastructures d'eau et d'assainissement ;
  • Les États, y compris les membres du Conseil de sécurité, à prendre des mesures plus fermes pour que les auteurs de ces attaques rendent des comptes ;
  • Les donateurs à investir dans l'eau et l'assainissement dans les situations de conflit, car il s'agit de la première ligne de défense contre les maladies transmissibles ;
  • Le public à se joindre à notre appel à l'action pour mettre fin aux attaques contre les enfants dans les conflits et à ajouter sa voix pour protéger les infrastructures d'eau et d'assainissement et les travailleurs de l'eau.

UNICEF travaille dans les pays touchés par les conflits pour protéger les enfants et fournir de l'eau potable et des services d'assainissement adéquats en améliorant et en réparant les systèmes d'eau, en transportant l'eau par camion, en installant des latrines et en sensibilisant aux pratiques d'hygiène. En 2020, UNICEF a mené des interventions d'urgence en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène dans 120 pays, touchant 39 millions de personnes avec de l'eau potable et près de 7 millions avec des services d'assainissement.

Notes aux rédactions :
*République centrafricaine, Irak, Libye, Palestine, Pakistan, Soudan, Syrie, Ukraine et Yémen.

Accéder aux contenus multimédia ici.