L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
Le 19 janvier 2021, un enfant regarde une zone inondée du camp de Kafr Losin, dans le nord-ouest de la République arabe syrienne. Ces derniers jours, les gouvernorats d'Alep occidental et d'Idlib, dans le nord-ouest du pays, ont subi certaines des tempêtes hivernales les plus violentes de la saison. © UNICEF/UN0405690/Akacha
Le 19 janvier 2021, un enfant regarde une zone inondée du camp de Kafr Losin, dans le nord-ouest de la République arabe syrienne. Ces derniers jours, les gouvernorats d'Alep occidental et d'Idlib, dans le nord-ouest du pays, ont subi certaines des tempêtes hivernales les plus violentes de la saison. © UNICEF/UN0405690/Akacha

Changement climatique : un tout premier cadre politique mondial pour protéger les enfants en déplacement

Genève/New York/Washington, le 25 juillet 2022 – Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), l’Université de Georgetown et l’Université des Nations unies ont lancé aujourd’hui de nouvelles directives visant à fournir le tout premier cadre politique mondial qui contribuera à protéger, inclure et autonomiser les enfants en déplacement dans le contexte du changement climatique.

Les Principes relatifs aux enfants en déplacement dans le contexte du changement climatique fournissent un ensemble de 9 principes qui présentent des vulnérabilités uniques et superposés des enfants en déplacement, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières, en raison des impacts négatifs du changement climatique. Actuellement, la plupart des politiques de migration liées aux enfants ne tiennent pas compte des facteurs climatiques et environnementaux, tandis que la plupart des politiques relatives au changement climatique négligent les besoins uniques des enfants.

Les Principes directeurs notent que le changement climatique s’entrecroise avec les conditions environnementales, sociales, politiques, économiques et démographiques existantes qui contribuent à la décision des gens de se déplacer. Rien qu’en 2020, près de 10 millions d’enfants ont été déplacés à la suite de chocs climatiques. Avec environ un milliard d’enfants – près de la moitié des 2,2 milliards d’enfants dans le monde – vivant dans 33 pays à haut risque d’impacts du changement climatique, des millions d’autres enfants pourraient être contraints de se déplacer dans les années à venir.

Élaborés en collaboration avec de jeunes militants pour le climat et la migration, des universitaires, des experts, des décideurs politiques, des praticiens et des agences des Nations unies, les principes directeurs sont fondés sur la Convention relative aux droits de l’enfant, ratifiée au niveau mondial, et s’appuient sur les directives et cadres opérationnels existants.

Les principes directeurs fournissent aux gouvernements nationaux et locaux, aux organisations internationales et aux groupes de la société civile une base pour élaborer des politiques qui protègent les droits de l’enfant.

Les organisations et institutions appellent les gouvernements, les acteurs locaux et régionaux, les organisations internationales et les groupes de la société civile à adopter les principes directeurs afin de contribuer à la protection, à l’inclusion et à l’autonomisation des enfants en déplacement dans le contexte du changement climatique.

L’UNICEF

« Chaque jour, l’élévation du niveau de la mer, les ouragans, les incendies de forêt et les mauvaises récoltes poussent de plus en plus d’enfants et de familles à quitter leur foyer », a déclaré Catherine Russell, directrice générale de l’UNICEF. « Les enfants déplacés sont plus exposés aux abus, à la traite et à l’exploitation. Ils sont plus susceptibles de ne pas avoir accès à l’éducation et aux soins de santé. Et ils sont souvent contraints au mariage précoce et au travail des enfants. En travaillant ensemble, grâce à une action coordonnée et informée par ces principes, les gouvernements, la société civile et les organisations internationales peuvent mieux protéger les droits et le bien-être des enfants en déplacement. »

L’OIM

« L’urgence climatique a et continuera d’avoir de profondes répercussions sur la mobilité humaine. Ses effets seront les plus graves pour certains segments de nos communautés, comme les enfants. Nous ne pouvons pas mettre en danger les générations futures », a déclaré le directeur général de l’OIM, António Vitorino. « Les enfants migrants sont particulièrement vulnérables lorsqu’ils se déplacent dans le contexte du changement climatique ; pourtant, leurs besoins et leurs aspirations sont toujours négligés dans les débats politiques. Avec ces principes directeurs, nous voulons assurer la visibilité de leurs besoins et de leurs droits, tant dans les débats politiques que dans les agendas. La gestion des migrations et la lutte contre le déplacement des enfants dans le contexte du changement climatique, de la dégradation de l’environnement et des catastrophes est un immense défi que nous devons relever dès maintenant. »

Université de Georgetown, Institut pour l’étude des migrations internationales

« Si les nouveaux principes directeurs n’offrent pas de nouvelles obligations juridiques, elles distillent et exploitent des principes clés qui ont déjà été affirmés dans le droit international et adoptés par les gouvernements du monde entier », a ajouté Elizabeth Ferris, directrice de l’Institut pour l’étude de la migration internationale de l’Université de Georgetown. « Nous exhortons tous les gouvernements à revoir leurs politiques à la lumière des principes directeurs et à prendre dès maintenant des mesures qui garantiront la protection des enfants en déplacement face au changement climatique, aujourd’hui et à l’avenir. »

Centre de recherche sur les politiques de l’Université des Nations unies

« La communauté internationale tire depuis des années la sonnette d’alarme sur le changement climatique et la dégradation de l’environnement, ainsi que sur la probabilité de déplacements humains massifs. Ces prédictions se sont réalisées, les migrations liées au climat étant observées dans toutes les régions du monde. Parmi ceux qui se déplacent en raison de l’évolution rapide du climat, on compte un nombre croissant d’enfants. Alors que ces enfants bénéficient d’une série de protections internationales et nationales, le sujet est très technique et difficile d’accès, ce qui crée un déficit de protection pour les enfants migrants », a ajouté David Passarelli, directeur exécutif du Centre de recherche politique de l’Université des Nations unies. « L’UNU, l’UNICEF et nos partenaires ont souligné la nécessité de disposer de directives concises qui communiquent les risques, les protections et les droits dans un langage clair et accessible. Les Principes directeurs relatifs aux enfants en déplacement dans le contexte du changement climatique ont été élaborés avec cet objectif spécifique en tête. Cet outil aide à naviguer dans le lien complexe entre les droits des migrants, les droits des enfants et le changement climatique afin de répondre plus rapidement et plus efficacement aux besoins des enfants en déplacement dans le contexte du changement climatique. »

Lire le rapport ici.

Télécharger les contenus multimédia ici