Urgence en Irak

Publié le 30 septembre 2003 | Modifié le 31 août 2015

L’Unicef estime qu’environ 500 000 enfants de 6 à 10 ans, vivant dans les régions touchées par les combats, souffrent ou vont souffrir de traumatismes psychologiques.

On estime que la moitié de la population irakienne, soit un quart des enfants irakiens, n’aurait pas accès à l’eau potable, du fait du conflit. Plusieurs dizaines de milliers d’enfants de moins de 5 ans sont menacés de maladies diarrhéiques ou de dysenterie à des degrés divers.

Face à la gravité de la situation, l’Unicef a lancé un appel de fonds de 166 millions d’euros dans le cadre d’une vaste opération qui vise à protéger les enfants irakiens dans les six prochains mois. L’Unicef, qui agit en étroite collaboration avec les autres organisations des Nations unies, est le chef de file des missions suivantes :

Approvisionnement en eau salubre et assainissement de base ;
Vaccination d’urgence contre les maladies mortelles de l’enfance ;
Nutrition des enfants souffrant de malnutrition et des femmes enceintes ;
Distribution de médicaments et de fournitures médicales aux hôpitaux et centres de santé ;
Soins et accompagnement psychologique des enfants traumatisés à des degrés divers ;
Protection des orphelins et des enfants qui vivent dans des institutions ;
Retour des enfants à l’école le plus rapidement possible.
L’Unicef vise en priorité les populations les plus vulnérables :

les enfants âgés de moins de 5 ans ;
les enfants accueillis par des centres spécialisés ;
les femmes enceintes dont la moitié présente des signes d’anémie ;
les familles déplacées à l’intérieur du pays.

Depuis le début du conflit, l’Unicef n’a pas cessé d’intervenir en Irak :

Cinq camions transportant chacun 35 000 litres d’eau et de kits médicaux sont arrivés le mercredi 2 avril à Safwan, dans le sud de Bassorah permettant de couvrir les besoins de 1 000 personnes pendant un mois.
Deux camions d’aide humanitaire chargés de 16 tonnes ont traversé mardi 1er avril la frontière turque pour approvisionner la ville de Dohouk en compléments alimentaires et en pastilles pour purifier l’eau.
Maintenance de 73 générateurs à Bagdad (pour pallier les coupures d’électricité et faciliter l’approvisionnement en eau).
26 000 tablettes de purification d’eau ont été fournies à l’agence de l’eau irakienne.
Dans le nord de l’Irak, une campagne de vaccination a touché 23 000 élèves.
Parallèlement, 1224 directeurs d’école ont reçu une formation psychosociale.

Bien avant le début du conflit l’Unicef s’est préparé à faire face à la crise.
 
Implantations UNICEF en Irak
 
En matière de santé :
Vaccination de plus de 4 millions d’enfants de moins de 5 ans contre la poliomyélite et 400 000 contre la rougeole fin février et début mars 2003 ;
Livraison de vivres et de médicaments à des orphelinats et des établissements abritant des enfants à Bagdad et dans les environs ;
Campagne de sensibilisation à l’allaitement maternel, l’hygiène et aux risques liés aux mines antipersonnel ;
Formation de personnels soignants.

En matière de nutrition :

Approvisionnement en nourriture à haute teneur en vitamines et lait thérapeutique permettant de couvrir les besoins de 400 000 enfants pendant un mois (1 000 tonnes de biscuits riches en protéines et 155 tonnes de lait enrichi).

En matière d'eau :

Construction de réservoirs de combustible destiné aux stations d’épuration de plusieurs villes du pays ;
Fourniture de générateurs de secours et de kérosène dans les usines de traitement de l’eau en cas de coupures d’électricité.
Des mesures préventives ont également été prises dans les pays frontaliers avec l’Irak : la Turquie, le Koweit, l’Iran, la Syrie, la Jordanie. Afin de faire face à l’éventuel afflux de réfugiés et pour être en mesure d’intervenir rapidement en Irak, dès que la situation le permettra, l’Unicef a pré positionné (stocké) dans ses entrepôts des milliers de tonnes de fournitures, du matériel médical d’urgence, des médicaments, des biscuits hyperprotéinés, du lait thérapeutique, des kits de naissance, des vaccins, du matériel de purification d’eau, des couvertures, des jerrycans, etc.
Plus de dix millions d’euros ont été investis par l’Unicef pour mener à bien ces opérations de sauvegarde.
Rappel sur la situation des enfants irakiens :

L’Irak compte quelque 12 millions d’enfants de moins de 16 ans , soit la moitié de la population.
Un enfant sur 8 meurt avant l’âge de 5 ans ; la mortalité infantile, qui a doublé depuis la guerre du Golfe (140/1000 naissances), est provoquée à 70% par la diarrhée et des infections respiratoires résultant d’une mauvaise qualité de l’eau.
Un million d’enfant de moins de 5 ans souffrait déjà de malnutrition chronique avant le conflit. Dans la situation actuelle, l’Unicef estime que plus d’un  million d’enfants supplémentaires n’a pas une alimentation suffisante.

Soutenir nos actions