Urgence Sahel : Anthony Lake au Tchad pour alerter sur la crise

Publié le 28 mars 2012 | Dernière mise à jour le 24 juin 2015

Le directeur exécutif de l'Unicef se rend au Tchad pour une visite éclair. Objectif : témoigner des conséquences catastrophiques de la malnutrition sur les enfants et plaider pour une mobilisation à la hauteur des besoins.

 

 

La crise nutritionnelle qui menace la région du Sahel est d'une gravité exceptionnelle et l'Unicef met tout en œuvre pour en limiter les conséquences sur les enfants, c'est le message qu'entend faire passer Tony Lake, le directeur exécutif de l'Unicef en se rendant au Tchad entre le 3 et le 5 avril.

Le Tchad, en proie à une grave sécheresse et à l'épuisement des réserves alimentaires familiales, fait partie des huit pays du Sahel (avec le Niger, le Burkina-Faso, le Mali, la Mauritanie, le Cameroun, le Nigeria et le Sénégal) menacés par une crise nutritionnelle de grande ampleur. L'Unicef estime que plus de 127 000 enfants pourraient souffrir de malnutrition aigue sévère, le stade le plus grave de la maladie, mettant leur vie en péril s'ils ne bénéficient pas d'une prise en charge immédiate et efficace.

Dans le pays, les équipes de l'Unicef et leurs partenaires des ONG et des autorités déploient des actions pour sauver le plus de vies possible: un total de 261 centres de traitement de la malnutrition sévère situés dans la bande sahélienne du Tchad sont déjà opérationnels, l’approvisionnement en aliments nutritionnels prêts à l’emploi est en cours pour appuyer les efforts du Programme alimentaire mondiale et les capacités d’accès aux services de santé essentiels sont renforcés, en particulier pour les femmes et les enfants.