VIH-Sida : Plus d'efforts pour les communautés désavantagées

Publié le 30 novembre 2010 | Modifié le 06 juillet 2015

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le Sida, l’Unicef publie un nouveau rapport « Enfants et sida : Cinquième bilan de la situation, 2010 ». Ce rapport annuel fait le point sur la façon dont le Sida affecte les enfants et les jeunes dans le monde.

 

 

Ces dernières années, de véritables progrès ont été réalisés en matière de lutte contre le Sida. Si, sur un plan global, les enfants ont bénéficié de ces avancées, il reste encore des millions de femmes et d’enfants malades à atteindre. À cause d’inégalités dues à leur sexe, leur statut socio-économique, leur niveau d’éducation, ou simplement à cause de leur situation géographique, des millions de personnes n’ont pas accès aux soins dont ils ont besoin. De plus, certaines régions sont particulièrement fragilisées face à la maladie, comme l’Afrique subsaharienne. « Chaque jour, près de 1000 bébés [y] sont affectés par le VIH suite à la transmission du virus la mère à l’enfant », déplore Anthony Lake, Directeur général de l’Unicef. "[Notre rapport] met certaines innovations en lumière, comme le « Pack maman-bébé » qui permet de fournir des traitements antirétroviraux vitaux à un nombre sans précédent de mères et de bébés. »

 

Eliminer la transmission du VIH de la mère à l’enfant

 

D’après le Docteur Margaret Chan, Directrice générale de l’OMS, « l’élimination de la transmission du virus de la mère à l’enfant est possible ». C’est pourquoi, « pour atteindre cet objectif, il est nécessaire en premier lieu d’améliorer la prévention chez les femmes et les mères ». Malgré tous les efforts menés, le sida reste aujourd’hui encore l’une des premières causes de décès chez les femmes en âge de procréer. Mais c’est aussi l’une des principales causes de mortalité dans les pays où l’épidémie est généralisée.

D’après Michel Sidibé, Directeur exécutif d’Onusida, « environ 370 000 enfants naissent chaque année avec le VIH. Or, chacune de ces infections est évitable » Et celui-ci d’ajouter que « l’élimination de la transmission mère-enfant est virtuellement possible d’ici 2015 ».

Cependant, sans les connaissances et les services qui leur permettent de se protéger, les adolescents continuent d’être infectés par le VIH. Pour réussir à libérer une génération du Sida, c’est débord sur les inégalités qui favorisent l’épidémie qu’il faut se concentrer.

 

Les messages majeurs pour faire reculer la maladie :

-Les personnes atteintes du VIH ne doivent être laissées de côté ;

-L’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant doit passer par les traitements antirétroviraux, pour tous ;

-Le nouveau "Pack maman-bébé" facilitera la prévention de la mère à l’enfant en particulier dans les endroits les plus reculés ;

-Sur les 1000 bébés naissant chaque jour avec le VIH, plus de la moitié d’entre n’arrive pas à son deuxième anniversaire. Ils doivent être dépistés et diaognostiqués le plus tôt possible et béénficer d'une prise en charge ;

-Les nouvelles méthodes de dépistage sont plus efficaces. Il y a de plus en plus de traitements possibles pour sauver des vies. Ces traitements doivent être rendus accessibles et bien appliqués ;

-Alors que le nombre de personnes atteintes du VIH a tendance à baisser ou à se stabiliser dans plusieurs parties du monde, les connaissances en matière de protection restent insuffisantes. Des progrès doivent être faits dans ce domaine ;

Les communautés et familles les plus marginalisées doivent être placées au centre des efforts de lutte contre la maladie. Cela contribuera à une meilleure santé globale et de meilleurs résultats en matière de développement.