Les droits de l’enfant, et leur « Convention internationale »

Publié le 24 juin 2015 | Dernière mise à jour le 28 juillet 2015

Parce que les enfants sont plus vulnérables que les adultes, parce qu’ils n’ont ni droit de vote ni influence politique ou économique, parce que le développement sain des enfants est crucial pour l’avenir de toute société, le monde s’est doté en 1989 de la « Convention internationale des droits de l’enfant ». Depuis, ce traité fondamental est le socle de toute l’action de l’UNICEF.

1989. Les dirigeants de la planète s’engagent à construire un monde digne des enfants : le 20 novembre la Convention relative aux droits de l’Enfant est adoptée à l’unanimité par l’ONU.
Pour la première fois de l’Histoire, un texte international reconnait explicitement les moins de 18 ans comme des êtres à part entière, porteurs de droits sociaux, économiques, civils, culturels et politiques – des droits fondamentaux, obligatoires et non négociables.

Le consensus est inédit : avec 195 Etats, c’est le traité relatif aux droits humains le plus largement ratifié de l’histoire ! Seuls les États-Unis et la Somalie manquent à l’appel – le Soudan du Sud l’ayant ratifié en mai 2015.

Bien plus qu’un texte à forte portée symbolique, cette Convention est juridiquement contraignante pour les Etats signataires, qui s’engagent à défendre et à garantir les droits de tous les enfants sans distinction – et à répondre de ces engagements devant les Nations unies. C’est le Comité des droits de l’enfant des Nations unies, composé d’experts indépendants, qui contrôle la mise en œuvre de la Convention, en examinant les rapports que les Etats s’engagent à publier régulièrement dès lors qu’ils ont ratifié le traité.

Que contient la Convention des droits de l’enfant ?

54 articles, énonçant notamment…
Le droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité
Le droit d’être soigné, protégé des maladies, d’avoir une alimentation suffisante et équilibrée
Le droit d’aller à l’école
Le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation
Le droit d’être protégé contre toutes formes de discrimination
Le droit de ne pas faire la guerre, ni la subir
Le droit d’avoir un refuge, d’être secouru, et d’avoir des conditions de vie décentes
Le droit de jouer et d’avoir des loisirs
Le droit à la liberté d’information, d’expression et de participation
Le droit d’avoir une famille, d’être entouré et aimé

4 principes fondamentaux…
La non-discrimination
L’intérêt supérieur de l’enfant
Le droit de vivre, survivre, se développer
Le respect des opinions de l’enfant

3 protocoles facultatifs :
Le premier vise à protéger les enfants contre le recrutement dans les conflits armés.
Le deuxième concerne la vente d’enfants (à des fins de travail forcé, adoption illégale, don d’organes…), la prostitution ainsi que la pornographie mettant en scène des enfants.
Le dernier définit la procédure internationale qui permet à tout enfant de déposer une plainte pour violation de ses droits, directement auprès du Comité des droits de l’enfant des Nations Unies, lorsque tous les recours ont été épuisés au niveau national.

Le fondement du travail de l’UNICEF !

La Convention relative aux droits de l’enfant est le socle de travail de l’UNICEF, qui guide toutes nos actions et a permis d’obtenir, en plus de 25 ans, de nombreux progrès :
- Le nombre d’enfants de moins de 5 ans qui meurent chaque année a été presque divisé par deux, passant de 12 millions à 6 millions
- La scolarisation des jeunes enfants a progressé de plus de 30% dans le monde
- Le nombre d’enfants et d’adolescents de moins de 17 ans qui travaillent a diminué de près d’un tiers

L’enfant qui arrive au monde aujourd’hui a de bien meilleures chances que celui né en 1989 de survivre et de s’épanouir, d’apprendre et de grandir, et de participer et contribuer à la société !

Malgré tout, des millions d’enfants sont passés au travers des mailles du filet. Pour eux, la promesse de la Convention n’a pas été tenue : leurs droits ont été sauvagement bafoués, anéantissant leurs espoirs et leurs rêves d’une vie meilleure :
- 58 millions d’enfants en âge d’aller à l’école primaire ne prennent pas le chemin des classes
- Un quart des tout-petits présente un retard de croissance lié à une malnutrition chronique
- A travers le monde, des enfants sont exposés à des degrés effrayants de maltraitance – physique, sexuelle et émotionnelle…

Imaginez…

Imaginez un monde où chaque enfant a un endroit décent où dormir, suffisamment à manger, une salle de classe, et une bonne santé lui permettant d’apprendre, de se développer et de s’épanouir.

Imaginez un monde où tous les enfants ont la possibilité de réaliser leur potentiel, et où les droits de chacun sont respectés.

Ce monde est possible. Ensemble, continuons le combat pour que les droits de chaque enfant soient respectés, partout, tout le temps !