Enfants et conflits : protégeons les enfants de la guerre !

Publié le 10 février 2017 | Modifié le 24 février 2017

Enfants et conflits : protégeons les enfants de la guerre !

On estime à près de 250 millions le nombre d’enfants dans le monde grandissant dans des zones et pays touchés par des conflits. Près de 125 millions d’entre eux sont directement impactés par la violence.

Le ciblage des populations civiles, la circulation accrue des armes de petits calibres et le déplacement des affrontements vers les lieux de vie et de refuge des populations ont un impact dévastateur sur les enfants. Sont également apparues de nouvelles tendances inquiétantes, notamment les enlèvements de masse et la montée d’une extrême violence visant les enfants. Le Droit International Humanitaire est régulièrement piétiné, du Yémen à la Syrie en passant par le Nigéria.

Les enfants peuvent être exposés à des situations différentes lors des conflits : déplacés ou réfugiés avec leurs familles et perdre leur maison et tous leurs bien ; séparés de leurs parents ; enrôlés par des groupes armés ; souffrir de violences sexuelles ou de torture ; ces enfants peuvent également être témoins d’homicide, de décès, de blessures infligées à eux-mêmes ou à leur famille. Ils sont extrêmement vulnérables, en raison de leur âge et de leur dépendance aux adultes. Par ailleurs la majorité des conflits ont actuellement lieu dans des pays où les enfants étaient déjà en situation de précarité, comme c’est le cas en République Centrafricaine, au Soudan du Sud ou encore au Nigéria, aggravant les risques auxquels ils sont déjà confrontés.

Les bombardements, ainsi que les risques liés aux engins non explosés, sont également le quotidien de ces enfants. La destruction de leur environnement devient courant. En Syrie, des enfants de 5 ans sont capables de citer le modèle des armes avec lesquelles ils sont attaqués.

Pour un enfant, le fait de ne pas être scolarisé peut engendrer plusieurs conséquences : le risque accrut de mariage précoce pour les filles, de travail forcé et d’enrôlement des enfants dans les groupes et forces armés. Les jeunes vivants dans des zones de guerre peuvent trouver un sens en s’engageant auprès d’un groupe armé, ou être plus facilement persuadés de le faire. Protéger l’éducation est donc crucial. Aller à l’école permet aux enfants de se reconstruire, en leur fournissant un cadre protecteur, un espoir d’avenir, des compétences que l’on ne pourra jamais leur enlever.

Partout où la guerre sévit, l’UNICEF met en place des programmes pour protéger les enfants et les soustraire à la violence, leur donnant les moyens de se reconstruire après une période de conflit. L’UNICEF a pour mission de collecter des informations sur les violations graves faites aux enfants en temps de conflit armé, le conseil de sécurité de l’ONU en définit 6 : meurtres et mutilations, association d’enfants à des forces et groupes armés, enlèvements, violences sexuelles, attaques d’hôpitaux et d’écoles, déni d’accès humanitaire.  

 

Média