L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
© UNICEF/UNI220328/Pancic

Coronavirus : six conseils pour mieux vivre le confinement avec vos enfants

Pour contrer la propagation du coronavirus, le gouvernement a instauré en France des mesures de confinement. Afin de préserver la santé et le bien-être de vos enfants, voici quelques conseils utiles.

Pour prévenir la propagation du coronavirus, de nombreuses familles sont amenées à demeurer à domicile pendant plusieurs semaines. La perspective de vivre une situation de confinement avec des proches peut être source d’angoisse et d’anxiété, surtout dans un contexte d’épidémie où des informations anxiogènes peuvent circuler (consultez notre article pour déceler les intox et trouver des sources fiables). Dans cette configuration, les insomnies sont courantes et constituent une réaction normale au stress ressenti. Le fait d’être en famille et de continuer à pratiquer diverses activités peut jouer un rôle-clé dans la prise en charge de ces difficultés. Pour les enfants comme pour les adultes, retrouvez ci-dessous les conseils d’UNICEF pour vivre au mieux le fait d’être confiné.

Être stressé, c’est normal

Il est absolument normal de se sentir oppressé ou anxieux lorsque l’on doit rester chez soi pendant plusieurs jours. La première étape pour aller mieux, c’est de le reconnaître et d’accepter son ressenti, sans l’enfouir ou tenter de le changer. Reconnaître ce que l’on éprouve, c’est un premier pas pour mieux le gérer. Comme l’indique Dr. Lisa Damour, experte en psychologie chez les adolescents, « l’anxiété aide à prendre les bonnes décisions, (…) elle constitue un signal d’alarme qui nous permet de prendre des mesures protectrices ».Pensez à vérifier l’exactitude des informations que vous lisez. En vous appuyant sur des sources fiables comme UNICEF, vous vous assurez de disposer de renseignements fondés qui vous permettront de prendre les bonnes décisions. Assurez-vous que vos enfants disposent eux aussi d’informations vérifiées.Si vous souhaitez évoquer le sujet avec vos enfants, sachez que les plus jeunes seront particulièrement sensibles à une approche artistique ou ludique, là où les plus âgés préfèreront peut-être en discuter de façon plus frontale. Il est par ailleurs normal que les enfants et les jeunes soient frustrés et déçus de l’annulation ou de la suspension de certaines activités. Les parents doivent reconnaître la légitimité de ce ressenti et permettre à leurs enfants de le vivre pleinement.
 

Une infirmière joue avec une mère et son enfant dans leur maison à Novi Sad, en Serbie.
Une infirmière joue avec une mère et son enfant dans leur maison à Novi Sad, en Serbie.

Gardez une bonne hygiène de vie

Dans la mesure du possible, veillez à ce que votre régime alimentaire contienne des aliments variés. Mettez en place des routines quotidiennes avec vos proches et tentez de vous coucher et de vous lever à heure fixe pour préserver votre sommeil. En faisant des nuits complètes, vous aidez votre corps à rester en bonne santé et vous renforcez vos défenses immunitaires. Cela contribue aussi à diminuer le stress et l’anxiété.

En ce qui concerne vos enfants, notez qu’ils ont besoin de structures : définissez avec eux si possible un emploi du temps pour la journée, avec des moments dédiés aux devoirs, des épisodes récréatifs et aussi des temps sans écran.

Prenez du temps pour vous

Que ce soit en méditant, en écoutant de la musique, en pratiquant un instrument, ou en restant au repos, vous accorder du temps vous aidera à apaiser vos angoisses éventuelles. Il suffit d’être au calme pendant quelques minutes en se concentrant sur sa respiration pour que les effets se fassent ressentir. Quel que soit leur âge, les enfants aussi peuvent bénéficier de ces moments de quiétude.

Pratiquez une activité physique

Les hormones produites par le corps humain après une activité physique contribuent à se sentir plus heureux. Cela fonctionne à tout âge, même après une courte activité. Les consignes gouvernementales permettent de faire de l’exercice physique à l’extérieur, à condition de le faire à titre individuel, près du domicile et sans rassemblement. Il est par ailleurs possible de pratiquer une activité physique chez soi. De nombreuses applications proposent des modules d’exercices sans matériel.

Kolja, 2 ans, regarde des dessins animés sur YouTube dans sa maison en Serbie.
Kolja, 2 ans, regarde des dessins animés sur YouTube dans sa maison en Serbie.

Limitez votre exposition aux écrans

Être sans cesse abreuvé d’informations peut générer de la panique et de l’anxiété. À la télévision, à la radio, dans la presse, sur les réseaux sociaux et Internet, l’afflux de sujets sur le coronavirus peut vous submerger. Veillez à limiter le temps passé devant les écrans.

En vous attelant aux tâches ménagères, comme la cuisine ou le ménage, avec vos enfants, vous renforcez vos liens avec eux tout en restant à l’écart des écrans.

Communiquez, échangez

L’isolement peut accroître la propension à éprouver des sentiments négatifs. Si vous êtes confiné avec d’autres personnes, prévoyez des activités ou des jeux où chacun peut participer. Si vous êtes seul, utilisez les moyens de communication à votre disposition pour contacter des proches, par exemple.

Avec vos enfants, le recours à des jeux peut être une excellente façon de faire retomber la pression et de renforcer vos liens. Soyez particulièrement attentifs à ce qu’ils puissent prendre la parole et suggérer des idées d’activités et d’emploi du temps.

Plus d’articles

Voir plus