Protection

Protection

Tous les enfants ont le droit de grandir dans un environnement qui les protège de la violence, de l’exploitation, de la maltraitance et de la discrimination. Pourtant, des millions d’enfants sont victimes quotidiennement de brutalité et de sévices qui peuvent causer des séquelles physiques et psychologiques tout au long de leur vie.

La violence, du petit geste aux lourdes conséquences

À travers le monde, des millions d’enfants et adolescents sont quotidiennement victimes de sévices, d’exploitation, de violences et de négligence. Ces abus peuvent avoir un impact dévastateur sur leur santé physique et psychologique, leur bien-être et leur développement. Être victime ou témoin de violences augmente le risque de dépression, de difficultés scolaires, de conduites à risques ou encore de reproduction de comportements violents.

Ces violences et abus se déroulent le plus souvent dans un lieu familier ou proche de l’enfant comme la maison, l’école ou les services sociaux.
Pire encore, les auteurs de ces délits sont essentiellement des gens connus de l’enfant ou faisant autorité : parents, membres de la famille, aidants, enseignants, employeurs, autorités policières ainsi que… les autres enfants.

La protection de l’enfance consiste à prévenir et répondre à toutes les formes de maltraitance : trafic d’enfants, violences sexuelles, travail forcé, mariage précoce, privation de liberté.

Dans les conflits, la protection des enfants consiste notamment à lutter contre le recrutement d’enfants et adolescents par les forces armées, l’accès des enfants réfugiés à des services de base, la réunification des familles lorsqu’elles ont été éclatées lors de déplacements…

Protéger, c’est agir sur plusieurs fronts

L’UNICEF agit à différents niveaux : du renforcement des cadres légaux de protection de l’enfance, au soutien des services de protection des enfants, en passant par des campagnes pour favoriser des changements sociaux.

Par exemple, notre action consiste à :

  • Accompagner des législations de lutte contre le travail des enfants et pour la protection sociale des familles
  • Mettre en place des programmes d’enregistrement des naissances pour que les enfants aient accès à un état civil, condition essentielle pour lutter contre toute forme de trafic
  • Mobiliser les communautés pour lutter contre certaines pratiques ou normes sociales néfastes, comme les mutilations génitales féminines ou le mariage précoce
  • Le plaidoyer auprès des gouvernements : pour le changement de la législation en faveur des enfants et le renforcement des systèmes de protection
  • La production de statistiques ou de connaissances sur des problématiques peu documentées comme les violences sexuelles pour alerter les décideurs

Dans les conflits ou les urgences, nos axes de travail sont les suivants :

  • L’identification et la réunification des familles : pour permettre aux enfants séparés de retrouver leurs proches
  • La démobilisation des enfants soldats : avec une prise en charge des enfants libérés et leur réintégration sociale
  • Le soutien psychosocial : avec la mise en place d’espaces « amis des enfants » pour jouer, socialiser et se remettre d’un traumatisme

Faire toujours plus pour endiguer les pratiques néfastes et violentes

Le long combat de l’UNICEF pour protéger les enfants a permis de remporter quelques batailles depuis le début des années 2000 :

  • Enregistrement des naissances : les progrès sont là… mais plus de 230 millions d’enfants de moins de 5 ans n’ont pas été enregistrés, soit un enfant sur 3 !
  • Travail des enfants : baisse d’un tiers… mais 16% des enfants de 5 à 14 ans sont contraints de travailler
  • Mariage précoce : diminution du nombre de femmes mariées avant l’âge de 18 ans… mais elles sont encore 70 millions à l’avoir été
  • Excision : baisse générale des mutilations génitales féminines d’année en année… mais plus de 125 millions de femmes vivantes aujourd’hui en ont souffert, et 30 millions de filles risquent d’en être victimes dans les 10 prochaines années

Entre 500 millions et 1,5 milliard d’enfants subissent une forme de violence ou d'abus.
Il nous reste encore beaucoup d’énergie à déployer pour endiguer ces fléaux.

La protection des enfants est l’affaire de tous

Faire évoluer les mentalités, les coutumes et les lois, est un combat de longue haleine où aucun relâchement n’est permis. Il en va du bien-être des enfants et des futures générations !
Nous sommes tous concernés par la protection des enfants, et nous pouvons tous œuvrer en ce sens, chacun à son niveau que ce soit au sein de sa communauté et de sa société.
Défendre la cause des enfants, c’est aussi la protéger.

Média

Le certificat de naissance, un passeport pour la protection de l’enfant

Déclarer la naissance d’un enfant, c’est lui donner un état civil donc une identité. Le certificat de naissance est le document le plus important, mais non suffisant, pour protéger l’enfant de toutes formes de dérives et abus.
Bien plus qu’une formalité, le certificat de naissance est un droit de l’enfant pour être reconnu par son pays, et donc dans le monde des adultes.

  • Mary, jeune nigériane : « Elle m'a dit qu'elle ferait de nous des prostituées »
    Mary, 18 ans, originaire de Benin City, au Nigéria, pleure sur le lit d’un dortoir, dans la résidence protégée où elle vit désormais, en banlieue de Taormine, en Sicile.

    Elle s’appelle Mary. Elle vient de la ville de Benin City au Nigeria. Quand elle avait 17ans, Mary a essayé de fuir une vie sans espoir afin de travailler dans un restaurant en Italie. Au lieu de cela, elle s’est retrouvée piégée dans le trafic sexuel.
    Son histoire est une histoire que l’UNICEF a déjà entendu maintes et maintes fois... 

  • Destruction du camp de Grande-Synthe : la protection des mineurs non accompagnés doit être une priorité absolue !
    Logo de l'UNICEF France

    Au lendemain des événements qui se sont déroulés sur le camp de La Linière à Grande-Synthe, l’UNICEF France souhaite partager ses préoccupations quant à la situation des enfants quelle que soit leur situation familiale ou d’isolement. Il semble utile de rappeler que les enfants et adolescents restent les plus vulnérables dans ce contexte où règnent le chaos et les incertitudes.

  • Rio Mavuba : « Donner la chance aux enfants d’avoir un avenir meilleur »
    Joueur de football professionnel du club de Lille, Rio Mavuba est venu dimanche 19 mars 2017 au stand de l’UNICEF aux côtés des bénévoles, à l’événement du Chti 2017 pour rencontrer le public et faire quelques photos avec les plus jeunes.

    Parrain de l’UNICEF France et joueur de football professionnel à Lille, Rio Mavuba a profité de l’événement festif du Chti 2017 dans sa ville pour soutenir l’UNICEF et sensibiliser le public au programme d’enregistrement des naissances en Côte d’Ivoire. L’UNICEF a été choisi comme la Grande Cause de cet événement culturel, et recevra les fonds collectés pour aider les « enfants fantômes » ivoiriens.